L’attitude « deux poids deux mesures » de la Députée européenne

L’attitude « deux poids deux mesures » de la Députée européenne

Actualités, Flash Info, Kosovo, Tendances du jour Aucun commentaire sur L’attitude « deux poids deux mesures » de la Députée européenne

Le Parlement européen votait il y a quelque jours en faveur du processus d’intégration à l’UE du Kosovo, ce qui a été salué avec enthousiasme dans ce jeune pays, dont la population est  majoritairement albanaise.
Mais ce vote n’a pas enchanté la Députée européenne FN Dominique Bilde, qui dans un communiqué du 8 mars dernier, regrette ce rapprochement à cause, selon elle, de « soupçons de crimes de guerre » concernant les dirigeants du Kosovo pendant la guerre que l’UCK (l’Armée de Libération du Kosovo) a mené contre la Serbie en réponse à la campagne de répression et de nettoyage ethnique entrepris par l’ex-président de la Serbie Slobodan Milosevic.
Cette réaction  est compréhensible, mais ce qui est étonnant, c’est que Mme Bilde n’avait pas exprimé la moindre indignation lors du vote en faveur du processus d’intégration à l’UE de la Serbie, alors que ce pays n’a jamais manifesté le moindre remords pour les tragédies causés aux peuples vivant jadis dans l’ex-Yougoslavie.
Madame la Députée accuse les Kosovars de « crimes de guerre », alors qu’elle ne dit pas un mot sur les pires atrocités commises par les Serbes pendant les guerres de l’ex-Yougoslavie. N’oublions pas  que ces guerres ont été initiées par la Serbie et elles ont fait 300 000 victimes et 4 millions de déplacés. D’autre part la Serbie a mis en oeuvre un nettoyage ethnique au Kosovo ou il y a eu plus 10 000 morts, des dizaines de villages rasés, des centaines de femmes violées et plus 800 000 personnes déplacés.
A la lecture attentive du communiqué, quelques précisions s’imposent.
En premier lieu le Kosovo n’est pas un « territoire » mais un État reconnu par la France ainsi que par 110 autres États dans le monde, dont 23 pays de l’UE.
Deuxièmement, les « soupçons de crimes de guerre » comme leur nom l’indique, ne seraient que des « soupçons ». Il s’agirait d’accusations sans la moindre preuve venant de Belgrade, qui ont été reprises dans un rapport du Parlementaire européen Dick Marty.
Mais pourquoi la Serbie avance-t-elle des accusations graves contre les dirigeants du Kosovo?
Les dirigeants du Kosovo sont issus de l’UCK et il faut dire que la Serbie, depuis le début de la guerre du Kosovo, considère les combattants de l’UCK comme des terroristes, qui ont enfreint ses lois. Evidemment l’UCK a enfreint les lois de la Serbie dans sa guerre de libération du Kosovo, mais cette organisation dément fermement avoir enfreint les lois internationales de guerre.
En fait, la Serbie essaie de retourner la situation en sa faveur. En faisant des accusations graves contre les dirigeants Albanais du Kosovo, elle tente de faire oublier ses propres crimes de guerre, ainsi que les crimes contre l’humanité que ses militaires et paramilitaires ont commis au Kosovo contre la population albanaise. Rappelons ici qu’il y a eu pendant la guerre du Kosovo 13 472 victimes dont 9 260 victimes albanaises, 2 488 victimes serbes et 1 254 victimes d’autres nationalités. En juin 2000, la Croix Rouge estima que 3 368 civils (2 500 Albanais, 400 Serbes et 100 Roms) étaient toujours portés disparus, environ un an après la fin du conflit.
D’autre part la Serbie, qui n’a toujours pas reconnu l’indépendance du Kosovo, a entrepris depuis quelques années une campagne de déstabilisation du jeune État Kosovar, dans l’espoir de montrer au monde que cet État n’est pas viable et qu’il vaudrait mieux qu’il retourne sous administration serbe. Faire des accusations graves, quitte à les fabriquer de toute pièces, peut très bien servir ce but.

Mme Bilde a deux poids deux mesures : elle est enthousiaste pour le rapprochement à l’UE de la Serbie ( qui est aujourd’hui gouvernée par d’anciens  hauts responsables du régime de Milosevic) , alors qu’elle ne souhaite pas le rapprochement à l’UE d’un Kosovo majoritairement Albanais.
Il convient de rappeler ici que l’Europe doit beaucoup aux Albanais, qui, à des moments clé de l’Histoire, ont beaucoup fait pour elle. Au XVe siècle leur héros national, Gjergj Kastrioti – Skanderbeg, a repoussé avec succès pendant 25 ans les attaques des ottomans, pour défendre son pays, mais en même temps empêchant leur progression vers l’Italie et donnant le temps à une Europe désunie de se préparer contre les attaques de l’Empire Ottoman.
Rappelons aussi que les Albanais ont donné au monde des personnalités aussi marquantes que Mère Teresa ou Ismail Kadare. Les Albanais adhérent pleinement aux valeurs européennes et ils estiment avoir toute leur place en Europe.
La déclaration de Mme Bilde n’est ni juste ni responsable. Le Kosovo est un État jeune, qui est confronté au mêmes problèmes de corruption, trafics etc. que tous les pays des Balkans, y compris la Serbie. Ce jeune pays, malgré d’énormes difficultés, essaie de construire un État de droit et démocratique. Pour y parvenir son rapprochement à l’UE est essentiel.

Leave a comment

3 + 1 =


© NewAlbania.com 2016 - Tous droits réservés.
New Albania
Nous contacter: editor@newalbania.com
editor@newalbania.com

Back to Top